05Oct

Récapitulatif : Rassemblement pour les droits reproductifs et la justice


Publié par

Nous avons rassemblé. Nous nous sommes ralliés. Nous avons marché.

Samedi 2 octobre, Options for Sexual Health a organisé un rassemblement pour sensibiliser aux droits reproductifs et à la justice sur les terres non cédées, ancestrales et occupées des peuples xʷməθkwəy̓əm (Musqueam), Skwxwú7mesh (Squamish) et sel̓íl̓witulh (Tsleil-waututh). Après avoir entendu quelques discours entraînants pour ancrer notre incroyable contingent d’activistes et d’alliés engagés, nous avons marché en masse de la place šxʷƛ̓ənəq Xwtl’e7énḵ (anciennement connue sous le nom de Vancouver Art Gallery North Plaza) à l’ambassade américaine, recevant des acclamations et des klaxons le long de la manière. Nous avons été rejoints par des gens comme les Sisters of Perpetual Indulgence, ARCC, Access BC et les 604 Handmaidens. Nous sommes reconnaissants pour leur soutien et la pression sur les médias sociaux de la BC Women’s Health Foundation, du Centre for Gender and Sexual Health Equity, de Feminists Deliver et du Women’s Health Research Centre!

Au Canada, on a l’impression que nous n’avons aucun obstacle à l’accès à l’avortement, donc pour beaucoup, cela peut ne pas sembler être quelque chose dont nous devons parler. Pour d’autres, ils examinent la situation actuelle aux États-Unis et se rendent compte que si Roe v. Wade peut être annulé, l’impact pourrait se faire sentir ici au Canada. Et donc, nous nous sommes ralliés, nous avons marché et nous avons agi pour faire entendre nos voix.

Ce que beaucoup d’entre nous ne voient pas, c’est que même si au Canada, nous jouissons de certains droits et libertés en matière de choix en matière de reproduction, ce choix est loin d’être universel et loin d’être égal. Pouvoir avorter est une chose, mais pouvoir réellement accès les services est une histoire complètement différente. Les communautés rurales et éloignées ont un accès limité aux services d’avortement, nécessitant des déplacements pour l’avortement par aspiration et souvent incapables de trouver un clinicien ou une pharmacie pour fournir un avortement médicamenteux.

Le voyage peut coûter jusqu’à 500 $, et même si cela est financièrement possible, pendant les mois d’hiver, il pourrait ne pas être possible de faire ce voyage. Qu’il suffise de dire que l’avortement est peut-être un droit protégé, mais cela ne veut pas dire qu’il s’agit d’une option accessible à tous les Canadiens.

Voici une vidéo de notre rallye :

https://instagram.com/tv/CUiUnvwJWow/

classé sous : Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *